Macron «assume demander des efforts aux plus âgés» et compare sa réforme à la construction d’une maison

L’augmentation de contribution sociale généralisée (CSG) et l’impact sur son pouvoir d’achat a inquiété un retraité qui a interpellé Emmanuel Macron, jeudi, à Châlons-en-Champagne.

«Je sais que je demande des efforts aux plus âgés, que parfois certains râlent, ça ne me rend pas forcément populaire mais je l’assume», a répondu le chef de l’Etat.

«Mais si on ne produit pas, on ne peut pas redistribuer», a-t-il ajouté, tentant par la même occasion de convaincre son interlocuteur de la légitimité de ses réformes.

Emmanuel Macron a ensuite utilisé la métaphore de la construction d’une maison pour justifier sa réforme.

«Au début on voit les plans, on se projette. Après, on commence les travaux: il y a un moment où ça sent la peinture, il y a des courants d’air, il fait plus froid et on se demande pourquoi on a fait tout ça […] Il faut avoir la patience de rappeler pourquoi on le fait, d’avoir des désagréments passagers parce qu’à la fin, c’est quand même mieux qu’au début.»

Mais c’est toujours la grogne chez les retraités.

Marianne a calculé à titre d’exemple que Danielle, 70 ans, anciennement à la BNP, et Jean-Claude, 70 ans, retraité après invalidité, perdront 706,88 € en 2018.

«À la télévision, la radio, nous avions entendu les commentateurs affirmer que cela ne toucherait pas les petites retraites. Je constate qu’autour de moi nombre de personnes très modestes sont mises à contribution. Or, comme nous sommes handicapés, nos dépenses sont très contraintes. Diabétique, je dois par exemple me faire livrer des repas spéciaux que nous ne pouvons plus préparer », confie Jean-Claude. « Nous sommes choqués, car nous allons devoir nous serrer la ceinture», renchérit Danielle.

Source: BFMTV

Commentaires

Commentaires

Inline
Inline